vendredi 2 février 2018

Review : Ryûô’s work is never done épisodes 1 à 4

par Kanae J'aime les mangas et la japanime. Plutôt shonen dans la vie, j'aime aussi parcourir les univers seinen dans les mangas !

Review : Ryûô’s work is never done épisodes 1 à 4

Bien le bonjour !

La série Ryûô’s work is never done bat son plein !

La série en simulcast la plus prise de tête de cette saison d’hiver compte déjà 4 épisodes ! Tous sont disponibles sur ADN !

On en est déjà au tiers de la série et il est temps de faire le point !

 
Ryûô’s work is never done, la passion du shogi

Ryûô’s work is never done, ce sont deux inconditionnels du shogi : Yaichi et Ai. Yaichi a 16 ans et a atteint le grade le plus élevé qui soit : il est Ryûô (comprendre Roi Dragon). Ai a 10 ans, elle a un véritable don pour le shogi, à tel point qu’elle surpasse Yaichi (ou presque). Impressionné par son talent, Yaichi va prendre la jeune fille sous son aile et en faire sa disciple. C’est ainsi que commence leur improbable duo maître/disciple !

 

On a donc deux personnages principaux en tête d’affiche, réunis grâce au shogi, ou plutôt grâce à l’audace de la petite fille qui n’a pas hésité à traverser tout le Japon pour rencontrer Yaichi. On notera au passage que voir une petite fille voyager toute seule à bord du Shinkansen n’a visiblement choqué personne ! Autre chose à noter, le héros semble avoir un sacré penchant pour les petites lolitas aux cheveux qui rebiquent ! Avis aux amateurs de lolicon, cet animé est pour vous !

Mais il n’y a pas que ça ! Le point central, c’est le shogi, et au cours des premiers épisodes, des passionnés et des experts, on en a vu ! De la petite fille talentueuse (que vous connaissez maintenant) à l’experte en chef du shogi, en passant par la smala des amatrices dévouées ainsi que des professionnels avérés, il n’y a pas à dire, le shogi ce n’est plus un jeu, c’est une véritable institution japonaise ! Et je vous laisse le soin de découvrir les couacs et les malentendus mordants que toutes ces rencontres improbables provoquent !

On en est donc au 4e épisode, et moi j’ai hâte de voir la suite !

Des personnages plus impressionnants les uns que les autres !

D’abord, on a Yaichi : c’est donc le joueur le plus fort du monde, et qui plus est, le plus jeune ! Il a remporté le combat le plus important, mais il ne se sent pas très sûr de lui. Il ne crie pas victoire tout de suite… Souffrirait-il du syndrome de l’imposteur ? L’arrivée d'Ai dans sa vie va le remettre sur les rails et il va vouloir l’emporter au plus haut, parmi les plus grands ! Yaichi reprend du poil de la bête et son nouvel objectif est clair : faire d'Ai la meilleure joueuse de shogi !

 

Ai, c’est la disciple : du haut de ses 10 ans, elle est impressionnante ! Le shogi, c’est sa passion ! Quand Yaichi lui propose un duel, le combat s’avère plus dur qu’il n’y paraît ! Et Ai n’en est que plus heureuse ! Elle a soif d’apprendre et intégrer le club de shogi est déjà un bel accomplissement ! Maintenant qu’elle est la disciple de Yaichi, reste à savoir si ses objectifs envers son jeune maître vont se développer !

 

La plus forte des joueuses de shogi, c’est Ginko : personne ne se met sur son chemin ! Ginko est la meilleure parmi les meilleures (oui oui, le shogi c’est comme pour n’importe quel sport, homme et femme sont séparés !). Son regard glacial et sa tenacité lorsqu’elle joue lui vaut le surnom de Reine des neiges ! Son talent, elle le doit en partie à Yaichi et aux 50 000 parties de shogi qu’ils ont jouées ensemble ! L’arrivée d'Ai et de son talent, en tout cas, ne semble pas vraiment l’enchanter…

 

Au club de shogi, il y a aussi du beau monde ! Mio, Ayano et Charlotte sont les amies d'Ai ! Toutes plus kawaii les unes que les autres, leur dévouement au shogi fait plaisir à voir, et nous rassure aussi quant à nos capacités de réflexion (on ne devient pas un maître du shogi en un claquement de doigt !).

 

On croise aussi les parents d'Ai dans ce premier tiers : Akina Hinatsuru, sa mère, et Takashi Hinatsuru, son père. À les voir, il y a peu de doute, c’est elle qui porte la culotte ! Cette mauvaise blague mise à part, la mère d’Ai en attend beaucoup de sa fille pour qu’elle fasse ses preuves. Et pour le voir de ses propres yeux, elle assiste aux duels de sa fille au club. Une chose est sûre, ni elle ni son mari ne s’attendaient à découvrir un tel talent chez leur fille !

 

Et pour finir, une petite dernière a fait son apparition tout récemment, une autre Ai, du même nom que le personnage principal. Ai a le même âge qu’Ai et elle aussi adore le shogi (vous me suivez toujours ?). Orpheline, le shogi est le meilleur souvenir qu’elle garde de ses parents. Elle va demander à Yaichi de devenir sa seconde disciple. Et elle a un sacré caractère ! Yaichi saura-t-il équilibrer la balance entre elle et la première Ai ?

 
Retour sur les premiers épisodes

Ryûô’s work is never done, c’est avant tout du shogi et encore du shogi !

Avec l’ambiance sérieuse et combative des duels de shogi, l’engouement des personnages et leur implication dans le jeu, le tout mêlé au bouillonnement de neurones que chaque partie provoque, cette série a des airs de Hikaru No Go, série phare sur le jeu de go. Et le duo improbable a déjà bien évolué au cours de ce premier tiers !

En attendant, Yaichi n’a plus aucun répit ! Et autour de lui, on s’attend à ce qu’il s’implique pleinement pour sa disciple.

Que nous réserve la suite ? La cohabitation entre les deux Ai se passera-t-elle bien ? Et Yaichi dans tout ça, saura-t-il maintenir son rang ?
Ne ratez pas votre prochaine séance au club de shogi lundi prochain à 17h sur ADN !

Les anime à voir après avoir lu cet article

Ryuo's Work is Never Done

Bande-annonce

Ryuo's Work is Never Done

Épisode 1

Articles similaires

Les + populaires