lundi 26 septembre 2016

Daniel Andreyev répond à nos questions !

par Sébastien ABDELHAMID Journaliste • Animateur TV • Comédien. Suivre sur Twitter | Facebook

Daniel Andreyev répond à nos questions !

Interview de Daniel Andreyev

Journaliste spécialisé super-héros et Mangas.

Acteur dans le Sentai français : France Five.

1. C’est quoi un super-héros ?

Un super-héros, c’est avant tout quelqu’un qui fait quelque chose d’extraordinaire pour les autres, pas pour lui-même. Par exemple, un pompier, c’est noble mais c’est un travail. Un super-héros donne sans avoir en retour, il n’est pas payé à la fin.

En fait, c’est surtout quelqu’un qui, en général, a un super pouvoir ; il s’offre littéralement pour sauver le monde ou les autres, sans rien attendre en retour.

Le costume, l’identité secrète, ne sont plus des critères indispensables pour être un super-héros. On le voit dans les Comics : le ressort qui fut très utilisé depuis les années 40 avec Superman et les autres a été un peu chamboulé. L’identité sécrète a même tendance à disparaître, les super-héros commencent à dévoiler qui ils sont réellement. Daredevil s’est révélé, Superman s’est révélé récemment…

Mais c’est aussi ça la magie du Comics : tu peux toujours revenir en arrière et dire Hop, plus personne ne sait !

Malgré tout, l’identité secrète reste une caractéristique iconique du super-héros.

2. Comment sont nées les relations Comics / Mangas et quelles ont été leurs influences ?

Les Comics pour le Japon n’existaient pas vraiment avant les années 80. C’était vraiment un truc underground avant ça. Tu pouvais trouver des X-Men, des trucs comme ça mais ça restait très confidentiel en fait. Paradoxalement, c’est avec le cinéma, notamment le Batman de Burton, que les Comics ont été un peu plus connus et distribués au Japon. Peu à peu, c’était identifiable, tout le monde connaissait le logo etc…Tout à coup, ça a été publié au Japon de manière épisodique et pas juste des volumes.

L’arrivée de Jim Lee (dessinateur de Comics Américain d’origine coréenne) a fait beaucoup pour la popularisation du Comics au Japon. Son style s’apparente à une forme de Manga ou tout du moins il en tire une influence certaine. On retrouve des choses propres aux mangas, les lignes de forces, de vitesses, des choses que l’on ne voyait pas dans le Comics avant ! Je pense que les Japonais s’y sont retrouvés et Jim Lee a été vraiment important dans ce passage.

Jim Lee

Là où pour moi il y a un pont évident, c’est avec le manga Rurouni Kenshin. C’est le premier Manga que j’arrive à isoler comme étant fait par un fan de Comics. Quasiment tous les méchants sont inspirés de méchants de Comics ! Y’a un mec qui ressemble à Venom de Spiderman, une meuf qui est le sosie de Psylocke enfin bref il y a du X-Men, du Spiderman etc… Et il ne s’en cache pas surtout. Dans tous les volumes, il explique ses influences et c’est ce moment que je date comme la véritable standardisation de l’influence du Comics dans le Manga.

La maison d’édition Image Comics née en 1994, de part sa philosophie et son rapport graphique, a eu un impact également dans la propagation du Comics au Japon.

Mais après le cinéma et le Comics en lui-même, c’est le jeu vidéo pour moi qui a permis au Japon de définitivement populariser le Comics. Le jeu de baston en fait. Et ça s’est fait naturellement, même quand Capcom a lancé son X-Men VS Street Fighter en 1996. X-Men, qui est un pur produit américain, mélangé à un jeu japonais culte : Street Fighter 2. J’ai rencontré le créateur du jeu Akiman qui m’a expliqué avoir dessiné à la main les animations pour que ce soit très proches du Comics, retrouver vraiment l’esprit graphique de X-Men. C’est le début d’une symbiose entre deux cultures opposées, je pense.

Après, ça a donné toute la génération Kishimoto, qui sont des mecs influencés par les Comics. Ils en ont tous lu, ils connaissent Jim Lee, Mignolia et son dessin particulier, Frank Miller etc… Je ne pense pas qu’il y ait aujourd’hui un mangaka de cette génération qui ne connaisse pas les Comics, au moins les grands classiques.

Frank Miller

Kōhei Horikoshi, l’auteur de My Hero Academia reçoit je pense sa pile de Comics toutes les semaines et en puise quelque chose de fort. Je ne sais même pas si il parle anglais mais ce qui est sûr, c’est qu’il regarde au moins les images ! (Rires)

3. Et côté US ?

Pour moi, le tournant côté US qui a permis de démocratiser la Japanim et le Manga vient avec le film Matrix.

Le film est clairement un hommage à plein de mangas, surtout Ghost in the Shell. Et après Matrix, il y a eu Animatrix, une manière de faire une suite sans en faire une, qui a été confiée pas uniquement à des Américains mais aussi à des Japonais. Matrix a été un énorme pont car avec le film les Japonais se sont dit que les Occidentaux, les Américains en l’occurrence, avaient compris Ghost in the Shell, Appleseed, Akira etc…

Par la suite, les Wachowsky, toujours, ont fait un film majeur : Speed Racer qui est pour moi une des meilleures adaptions de Manga, même si c’est un film incompris à mon sens. L’esprit du Manga est conservé et donne un super film. A savoir qu’ils ont bossé sur la trad. US et pas la version originale ce qui est assez surprenant. Tout comme l’échec.

4. Le plus grand super-héros Japonais ?

Pour moi c’est Godzilla (rires). Parce qu’au fond, c’est un gentil ! Sinon, plus sérieusement, je dirai que ça se joue entre Ultraman et les Kaimen Rider. Etant un grand fan de Sentai je dirai Kamen Rider. En plus Kamen Rider fait de la moto, bon Ultra Man a des lasers mais Kamen Rider quand même.

5. Le Super-héros est-il différent au Japon et en Occident ?

Oui, en quelque sorte, même si certains peuvent se ressembler.

Astro de Tezuka par exemple se rapproche pour moi de Vision dans les Marvel. Il y a des similitudes en terme de robotique, il y a des recoupements, à mon avis. Cyborg 009, c’est pareil. La trame pourrait être celle d’un Comics américain.

C’est assez complexe car, quand on réfléchit à l’histoire du Shônen-type, c’est celle de Peter Parker en fait ! Quelqu’un de brimé qui arrive a s’extérioriser, surmonter ses ennuis avec le pouvoir qu’il a et il devient quelqu’un d’autre qui va aider son prochain. Tu peux l’appliquer à Naruto comme à Peter Parker. Donc, autant les définitions du super-héros peuvent varier, autant leurs trames et leurs valeurs peuvent parfois se rejoindre.

© 2002 MASASHI KISHIMOTO All Rights Reserved.

Par contre, la notion d’amitié est quelque chose de central dans l’héroïsme japonais. Le héros n’est jamais vraiment seul, il a toujours des potes. Parfois, même le méchant devient pote avec le héros, il reconnaît ses erreurs. Ça, c’est pas quelque chose de primordial au Etats-Unis. C’est une caractéristique propre aux Mangas.

6. One Punch man, My Hero Academia La nouvelle vague ?

On part d’un constat simple, c’est que la précédente génération de gros shônen s’est arrêtée, mis à part One Piece bien sûr.

A partir de là, il y’a le besoin de faire quelque chose de nouveau et, clairement, One Punch Man et My Hero Academia, c’est complètement nouveau dans la démarche. Déjà car ce sont des mangas très référencés. One Punch Man puise énormément dans le Kaiju, je trouve, avec les monstres, les destructions de villes, mais en plaçant aussi l’aspect super-héros.

Le positionnement de base déjà est nouveau : il peut battre n’importe qui en un coup. Tu vas où après avoir dit ça ? Il y a du comique dedans. Bref, c’est frais.

Et pourtant un super-héros comique, c’est toujours compliqué. On le voit actuellement avec Amazon qui lance la série The Tick : c’est pour le moment assez faible. Tandis qu’au Japon ils ont plus de facilité avec ça, Muscleman, Tachan, bref : ils ont une culture du super-héros comique et One Punch Man est dans cette tradition.

My Hero Academia, je trouve que c’est vraiment dans l’époque, très actuel dans les codes, les règles. C’est une qualité. Par exemple, aujourd’hui, je ne pense pas que Saint Seya pourrait marcher. On se dirait 'Pégase avec des trucs grecs, c’est pas cohérent.'

My Hero Academia, c’est très moderne dans sa vision, très conscient. Ils savent où ils vont à contrario, par exemple, de Yu Yu Akhusho dans lequel tu vois que, dans les trois premiers volumes, ils se cherchent un peu. Là, tu sais où tu vas. Maintenant, les pitchs sont faits dès le départ.

7. Tu penses que ce sont ces Mangas qui influenceront les Comics à l’avenir ?

Certainement, ça se renvoie la balle aujourd’hui. Au point qu’il y a eu un cross-over L’attaque des Titans X Spiderman. C’est assez révélateur de ce qu’est devenue la relation Manga / Comics.

Les anime à voir après avoir lu cet article

My Hero Academia

Bande-annonce 1

ONE PUNCH MAN

Épisode 1

Articles similaires

Les + populaires

MHA décalé !

MHA décalé !

par Eloïse
publié il y a 2 mois